Réflexologie Plantaire

Réflexologie Plantaire

« Le sourire vient des pieds » comme le dit le proverbe chinois.

La réflexologie plantaire est une théorie holistique selon laquelle le pied, qui compte pas moins de 7 200 terminaisons nerveuses, est la représentation du corps humain. A chaque zone du corps (organe, glande, partie du corps) correspond donc une zone réflexe sur les pieds.
Le but du réflexologue est de soigner la personne dans son ensemble (corps-mental-esprit) en procurant un état de relaxation, d' équilibre et d'harmonie afin d'inciter la capacité du corps à se soigner lui-même.

En fait, considérant l’individu dans sa globalité, le réflexologue en énergétique chinoise évalue l’origine des déséquilibres et des blocages. Il s’emploie ensuite à rétablir l’harmonie énergétique et émotionnelle en effectuant des pressions sur les zones réflexes des organes « ministres » qui gouvernent les éléments déséquilibrés.


Dès les premières séances, la réflexologie plantaire permet :


  • d'amener un état de détente et relaxation profonde, permettant le lâcher-prise,
  • d'harmoniser et revitalise les fonctions vitales,
  • de libèrer le stress et les tensions nerveuses, améliore le sommeil,
  • de soulager les tensions et les blocages musculaires, articulaires, digestifs, respiratoires, etc…,
  • d'améliorer la circulation sanguine et lymphatique,
  • de favoriser l'élimination des toxines,
  • de prévenir les troubles ORL (sinusites, bronchite, asthme …)
  • de relancer le système immunitaire,
  • une aide précieuse lors de la préparation d’examens, d’épreuves sportives, etc…,
  • une meilleure récupération après une grossesse.

Contre-indications à la réflexologie : les traumatismes et inflammations des pieds, et les troubles circulatoires graves (ex : phlébite), les pathologies cutanées liées au pied (psoriasis, verrues ou mycoses).

Avertissement : Efficace et respectueuse du rythme naturel de la personne, cette technique douce et précise ne se substitue en aucun cas à l'avis d'un médecin et aux examens d'investigations. Conformément à la loi du 30 avril 1946, au décret n° 60665 du 4 juillet 1960, à l’article L. 489 du code de santé publique et au décret n° 96-979 du 8 octobre 1996, il ne s'agit nullement de soins médicaux ou de kinésithérapie.